• Montage de la route des salamandres

    Depuis leur cachette hivernale au cœur du massif forestier, grenouilles, crapauds, salamandres et tritons entament leur course aux amours dès les premiers redoux. Pour cela, ils convergent vers le ruisseau forestier de « la Fontaine Colette » et le suivent afin de regagner les mares et autres dépressions humides situées près du Lac d'Orient.

    Hélas, pour accomplir cette marche nuptiale, ils devront franchir un obstacle au péril de leur vie : la route départementale qui conduit de Mesnil-Saint-Père à la maison du Parc. Afin d'éviter que des centaines d'amphibiens terminent leur vie sous les roues des automobilistes, un dispositif de protection est installé chaque année depuis 1995. Ce dispositif vise à couper la voie de migration afin de piéger les 9 espèces d’amphibiens protégés qui se dirigent aveuglement vers leur lieu de ponte. Installée sur près de 400 mètres cette année, de chaque côté de la chaussée, une longue bâche noire, d'une trentaine de centimètres de haut constitue un rempart infranchissable pour les batraciens. Bloqués par cette installation, les animaux longent les bâches jusqu'à tomber dans les seaux, installés tous les 20 mètres le long de celle-ci, précisément pour les recueillir.

    L'opération de montage d'abord coordonnée par Stéphane Bellenoue puis par Mathias Petit de la Ligue de l'Enseignement de l'Aube, a cette année été organisée par le Parc naturel régional de la Forêt d'Orient.

    Le 30 janvier dernier, au cours d'une belle journée hivernale, les agents du service Environnement du Parc, en partenariat avec une classe de première de 12 élèves du lycée agricole de Sainte Maure et avec le chantier d'insertion du Parc ont mené à bien le chantier de montage des barrières à amphibiens.

    Désormais, chaque matin, les équipes du Parc et de la Ligue de l'enseignement se relayent pour vider les seaux et relâcher les animaux, en toute sécurité, de l'autre côté de la route, pour l'aller comme pour le retour. Plus de 40 000 passages d'amphibiens sont ainsi recensés chaque année.

    Cette opération, qui s'étale de février à mai sur toute la période de migration des amphibiens, est aussi l'occasion pour le Centre Yvonne Martinot, Centre d’accueil permanent de la Ligue de l’Enseignement, d'organiser des animations pédagogiques à destination des scolaires et des adultes.

    Par ailleurs, un projet d'aménagement durable, de type « passage à petite faune », qui permettrait aux migrations de s'effectuer sous la route départementale, est actuellement à l'étude par le CETE de l'Est à la demande du Parc, en lien avec le Conseil général de l'Aube.