• La route des Salamandres, un dispositif pour sauver les amphibiens

    Cette année, le Parc naturel régional avec La Ligue de l'Enseignement et le lycée agricole de Sainte Maure (Bac Gestion des Milieux Naturels et de la Faune Sauvage), installent pour la 22ème fois le dispositif de la route des Salamandres.

    Février commençant, les grenouilles, crapauds, salamandres et tritons entament leur course aux amours dès les premiers redoux. Pour cela, ils convergent pour regagner les mares et autres dépressions humides situées près du Lac d'Orient.

    Hélas, pour accomplir cette marche nuptiale, ils devront franchir un obstacle au péril de leur vie : une route départementale. Afin d'éviter que des centaines d'amphibiens terminent leur vie sous les roues des automobilistes un dispositif de protection de la migration des amphibiens, baptisé « Route des Salamandres », est mis en place.

    Ce dispositif est situé sur la route départementale au lieu-dit de la Fontaine Colette (queue du Lac d'Orient) entre Mesnil-Saint-Père et la Maison du Parc.

    Le 9 février 2017, les équipes du Parc et de la Ligue de l'Enseignement ont mis en place ce projet avec l'aide d'une classe du lycée agricole de Sainte Maure.

    Pelles, pioches et divers outils étaient de sortis pour l'installation de la Route des Salamandres. Elle est composée d'une longue bâche noire de 30 cm de haut et a été installée sur environ 200 mètres de chaque côté de la route. Ainsi, les nombreux amphibiens souhaitant traverser la route, sont bloqués par ce rempart et ils tombent dans les seaux enterrés le long de la bâche pour les recueillir.

    Chaque matin, de février à mai, les bénévoles se relaient pour relâcher de l'autre côté de la route chaque animal ainsi collecté.

    Cette installation est indispensable pour sauver des milliers d'amphibiens qui traversent cette route. Souvenez vous qu'en 2015, le nombre d'individus a été de 66 000. Ce site est reconnu au niveau européen pour la présence d'amphibiens et des espèces présentes. De plus, la Fontaine Colette est un point noir sur le schéma de cohérence écologique. Le Parc a donc réfléchit à différentes solutions techniques pour avoir un dispositif plus pérenne.

    Cette collaboration entre étudiants et les deux structures lors de la mise en place de ce projet existe depuis des années et est un moment d'échanges apprécié par chacun. Les lycéens apprécient de participer à un projet d'envergure sur un site migratoire d'importance nationale et européenne. Et sont ainsi sensibilisés à la protection de la nature.

    A noter que la Ligue de l'Enseignement propose des animations auprès des scolaires (en moyenne 25 à 30 classes par an), centres de loisirs et grand public.